Femmes imprimeures. Expo flash à la BU de l’Arsenal du 06 au 20 mars 2020

L’expo flash «Femmes imprimeures» évoque à travers quelques livres du fonds ancien de la BU de l'Arsenal six parcours de femmes parisiennes et toulousaines dans le monde du livre de la Renaissance à la Révolution française.

Sous l’Ancien-Régime, le métier d’imprimeur est réservé aux hommes ; seule exception, les veuves d’imprimeurs, qui peuvent reprendre les rênes de l’entreprise de leur mari. Certaines dirigent l’imprimerie juste le temps de se remarier, d’autres travaillent en association avec un membre de la famille. D’autres encore, peu nombreuses, exercent seules jusqu’à leur décès et mènent une carrière indépendante, à l’image des parisiennes Charlotte Guillard et Yolande Bonhomme.

Au 17e siècle, à Toulouse comme dans d’autres villes, les statuts de la corporation des imprimeurs-libraires réglementent la condition de ces veuves d’imprimeurs, qui doivent rester invisibles. Elles n’exercent pas en tant que maîtres mais bien en tant que veuves de maîtres imprimeurs et ne peuvent apposer leur nom de jeune fille sur les pages de titre des ouvrages qu’elles impriment.

Exposition  réalisée par le service du patrimoine écrit du SICD-UFTMiP, avec le  concours des bibliothèques de l'université Toulouse 1 Capitole