Le corpus Flores de Tolosana fait peau neuve

Corps

Le corpus Flores n'avait pas pu être intégré à la dernière version de Tolosana pour des raisons techniques. C'est désormais chose faite !

Amateurs de botanique, n’hésitez pas à découvrir ou redécouvrir la flore de plusieurs régions du monde, de la Slovénie aux Antilles en passant par les Pyrénées et les Alpes, à travers ces documents dont la plupart présentent de magnifiques planches.

S’étendant sur un peu plus d’un siècle et demi, de 1729 avec Nova plantarum genera… de Pier Antonio Micheli, jusqu’à la toute fin du XIXè siècle pour la Flore des Antilles d’Athanase Py, ce corpus se compose de 11 flores anciennes, manuscrites ou imprimées, formant 58 volumes.     

Il rassemble une sélection d’ouvrages principalement issus des fonds de la BU santé des Allées Jules Guesde (Université Toulouse 3 Paul Sabatier) et pour quelques-uns de la BU de l'Arsenal (Université Toulouse 1 Capitole). Seuls ont été retenus les documents non disponibles en ligne au moment où leur numérisation a été réalisée, il y a près de 10 ans.

Les planches aquarellées d’Athanase Py 

Ainsi, vous pourrez admirer les superbes planches aquarellées de la Flore de l’Aude et de la Flore des Antilles, dont les 27 volumes ne contiennent pas moins de 2695 illustrations. Elles ont probablement été réalisées de 1881 à 1899 par Athanase Py, professeur de dessin au lycée de Saint-Pierre de la Martinique, sans doute originaire de l’Aude.

Ces manuscrits se présentent sous la forme d’albums, avec seulement un texte introductif pour la « Flore des Antilles ». Ils sont atypiques puisque contrairement aux autres ouvrages du corpus ils ne sont pas l'oeuvre d'un scientifique. En effet, Athanase Py est un artiste botaniste amateur.

Chaque planche comporte le nom savant, la famille et parfois le nom usuel de la plante.

Vous pourrez par exemple découvrir dans la Flore des Antilles l’Erythryna corallodendron aussi appelée « Bois immortel », de la famille des Papilionacées (comme indiqué sur la planche originale ci-contre). Aujourd’hui, cette plante est désignée comme appartenant à la famille des Fabaceae.

Son nom savant Erythryna corallodendron lui a été attribué en 1790 par Carl von Linné, en référence à la couleur de ses fleurs :  Erythryna, issu du grec erythros, signifiant rouge, et corallodendron signifiant « arbre corail ».

Lorsqu'elle meurt, son tronc se pétrifie et ne se décompose pas ; c'est cette spécificité qui lui vaut l’appellation de « Bois immortel », mentionnée par Athanase Py.

Elle se trouve dans les régions tropicales à climat tempéré. Elle est aussi appelée Madre del cacao en référence à son utilisation comme plante d’ombrage dans les plantations de cacaoyers. Elle sert aussi de piquet de soutien dans la culture de la vanille. En effet, la plante est robuste et prend la forme d’un arbuste pouvant atteindre les 8 mètres de haut.

L’Erythryna corallodendron est une plante très toxique qui est aussi utilisée en médecine traditionnelle. Son écorce est un hypnotique et un sédatif, ses feuilles soulagent, entre autres, les douleurs d’estomac. Enfin, aux Antilles ses fleurs sont aussi employées comme traitement contre les maladies vénériennes.

 

Outre ses recherches sur la Flore des Antilles, Athanase Py a surtout travaillé sur la Flore de l’Aude, probablement lors de ces congés en métropole. Il a ainsi dessiné près de 2600 plantes, réparties ensuite en 25 volumes.

Par exemple, la Centaurea Cyanus aussi appelée « Bleuet », est une herbacée annuelle de la famille des Composées (comme indiqué sur la planche ci-contre). Athanase Py précise le nom du botaniste l’ayant décrite et nommée, Linné et mentionne aussi le lieu où il a trouvé la plante, dans les champs de Ginoles.

Aujourd’hui, cette plante est désignée comme appartenant à la famille des Asteraceae.

Le bleuet est une plante messicole c’est-à-dire qu’elle s’est adaptée à la culture des champs et a calqué son cycle sur les récoltes.

Cette fleur est aussi comestible et sert de décoration dans des plats sucrés comme salés, elle possède également des propriétés anti-inflammatoires et l’eau de bleuet est utilisée en cosmétologie.

Athanase Py a réparti les planches en deux catégories, la flore des jardins et la flore des champs. En suivant cette répartition initiale, nous avons créé deux index interactifs renvoyant à chaque planche et une table plus détaillée (avec le nom latin, le nom commun, la famille, le nom du botaniste et le lieu de découverte).

Vous pouvez y accéder sur la notice Tolosana via la rubrique « Annexes ».

Le corpus Flores permet ainsi de découvrir un (petit) pan de l’histoire de la botanique. La photographie a par la suite profondément transformé la production d’images scientifiques en rendant les planches illustrées désuètes.

Pour en savoir plus :

  • Christelle Lozère."Le rôle des images dans la diffusion des savoirs sur les plantes médicinales des Antilles. Karthala, collection Terres d'Amérique", dans L’usage des plantes médicinales aux Antilles et en Guyane. Les remèdes anciens au fil du temps, sous la direction de François Pagney, pp.37-59, 2015. [En ligne]
  • Atlas de la flore patrimoniale de l'Aude, Biotope éditions, 2016.

Clara Boutet

Posté le 24/06/2021
Voir l'original